Yo era un tonto y lo que he visto me ha hecho dos tontos (1929) – Rafael Alberti

Ces poèmes de Rafael Alberti de style surréaliste ou peut-être plus encore dadaïste donnent la parole aux acteurs muets du cinéma burlesque. Quelques titres en aperçu, presque en synopsis : « Wallace Beery, bombero, es destituido de su cargo por no dar con la debida urgencia la voz de alarma », « Buster Keaton busca por el bosque a su novia, que es una verdadera vaca », « Stan Laurel y Oliver Hardy rompen sin ganas 75 ó 76 automóviles y luego afirman que de todo tuvo la culpa una cáscara de plátano », etc…

 

2016-03-09_01h46_37

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s